Extraits tirés de la collection des « Prize Papers »

je suis fasche de ne receuoir / aucunne de vos lettres ny du coussin emsim lesquel / a baucoup defaits a St cristoffle donc les personne ne / chavent a qui addresser leur lettre Il en sont en / painne le sucre est fort beau

1671, La Martinique, Rene Elquens à sa tante Madame Jeanne Pitterson à Rouen

HCA 30/32
© The National Archives

Ma mere et ma soeur / je profitte dun navire quil par pour vous donner de / nouvelle de ma santte qui est fort bonne grace adieu / ainssi que mes petite fille je vous prie dambrasser mes / deux garson pour moÿ et pour leur soeur jai lesprit fort / inquet des bruit de guerre cepandant lon nous fait esperer

1793, « la pointe a pitte » [Martinique], Veuve le Villaiy à sa mère et sa sœur au Havre

HCA 30/32
© The National Archives

soi diganst mes je ganst peur que ce ne soit / pour faire perquisision dans les meson / pour trouver de largant out de larganteri / pour faire de la petite moinnes lon ma / dit quil anon fait autan a lixgeux je prevenus / a sella je quase dans la petite aurmeure / contre la semine de la sanbre ce que / je dargan avec mes cujes et foursete / sis le marives quel soge tu les trouver / es la je te puis asurer que je me trouve / dans un pogision bien triste lon ne q / faire que les aritogra son de jarrive la semene / pase tout ce que je te dis je le antandu / dire il ce peut quil ail du fait je fini / cher bonnami avec tout lamitie / posible ta fide epous pour la / vis famme gillet / jay été pour maquiter du souvenir / que tu mas ansarge pour Madame heber eles ancore au havre el doit paser / ce coir je te pris de dire bien des soge de / ma par a Monsieur eber te [et ?] que je luis / soite bien de la sante

1792, Honfleur, « famme Gillet » à son mari à Cherbourg (où le navire La Victoire s’était arrêté avant d’entreprendre sa traversée vers Saint-Domingue)

HCA 30/32
© The National Archives